« Parfois, Unaï Emery s’énerve en conférence de presse mais il aime quand on lui pose des questions intéressantes et il apprécie aussi les entretiens individuels ».

Le mercato est officiellement ouvert depuis le 9 juin mais le PSG a déjà (quasiment) terminé son recrutement. Avec les arrivées de Grzegorz Krychowiak, Thomas Meunier, Hatem Ben Arfa et Unaï Emery, le club de la capitale est déjà bien renforcé. Un marché estival rondement mené pour le PSG.

Lundi, le président, Nasser AL-Khelaïfi a présenté officiellement son nouvel entraîneur : Unaï Emery, ancien coach du FC Séville, qui vient de remporter sa troisième coupe d’Europe d’affilée. Un choix loin d’être anodin pour le club parisien, qui ambitionne toujours de décrocher la Ligue des champions dès que possible. « Je suis sûr que Unaï Emery va beaucoup apporter au club, a expliqué le président du PSG. On a gagné beaucoup de trophées en France, ce n’était pas facile. Mais notre grand objectif, c’est d’aller le plus loin possible en Ligue des champions ».

Mais qui est le nouvel entraîneur du PSG ? Agentfootball.fr est allé à la rencontre de Romain Molina, journaliste qui a longuement interviewé Unaï Emery et avec qui il est resté en contact depuis.

Que va changer l'arrivée d'Unaï Emery au Paris Saint Germain ? Interview de Romain Molina

Image extraite d’une interview entre Romain Molina et Unaï Emery pour la sortie de l’ouvrage Galère Football Club.

1 – Un acharné du travail et adapte du détail 

« Aujourd’hui, personne ne peut prédire ce qui va se passer avec Unaï Emery au PSG. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il va remettre les Parisiens au travail » : Romain Molina ne prétend pas connaître l’issue de l’aventure Emery au PSG mais il sait déjà ce qui attend les joueurs du PSG. « Il a son propre style et sa personnalité, on peut au moins lui reconnaître ça, explique-t-il. C’est un entraîneur qui a des « cojones », il s’en fout du statut des joueurs. Avec Unaï Emery, tout le monde part de zéro ».

Au programme des Parisiens : de longues séances vidéos (il adore ça) et un retour aux fondamentaux pour régler le moindre détail (remise en jeu, relance du gardien etc…). « Il a souvent une approche professorale du foot, il faut le savoir, poursuit Romain. Il mange football et vit football. Mais il n’y a pas de miracle : c’est en bossant qu’on peut espérer aller plus loin que les quarts de finale de la Ligue des champions ».

2 – L’un des meilleurs entraîneurs en Europe

Son palmarès parle pour lui. S’il n’a jamais conquis de titre sur le sol espagnol, Unaï Emery vient de remporter avec le FC Séville la 3e Ligue Europa d’affilée. Un record absolu, à la fois pour l’entraîneur et le club. Face à lui, le foot français tout entier peut se sentir petit : depuis l’OM (1993) et le PSG (1996), aucun club de l’hexagone ne s’est imposé sur le plan européen.

C’est évidemment l’un des points forts du nouvel entraîneur du PSG : de l’expérience, du savoir-faire et des succès dans une compétition dont le président Nasser Al-Khelaïfi rêve, enfin presque, puisqu’il vise la Ligue des champions. « La Ligue Europa, c’est aussi la culture du FC Séville, fait remarquer Romain. Emery n’a jamais eu l’effectif pour gagner la Liga. La coupe d’Europe c’est une autre mentalité, ce sont des matchs à haute tension. Il adore ce genre de matchs. Mais il n’y a pas que ça. Avec lui, Almeira a connu le meilleur classement de son histoire et aurait dû jouer la coupe d’Europe si son stade avait été homologué. Il a aussi fait monter Lorca, toute petite ville espagnole, en prenant l’équipe en janvier ! Et il a terminé trois fois 3e avec Valence. Ce n’est vraiment pas anodin tout ça… ».  

« Unaï Emery comprend bien le Français mais a pris des cours intensifs dès qu’il a su qu’il allait à Paris »

Que va changer l'arrivée d'Unai Emery au Paris Saint Germain ? Interview de Romain Molina

« Un mec agréable » selon Romain Molina, mais également un entraineur passionné, honnête et sanguin.

3. Au quotidien, « un mec agréable »

En démarrant sa première conférence de presse en Français, et avec le sourire, Unaï Emery a démarré une opération séduction auprès des journalistes qui le suivront toute l’année. « Son frère est complètement bilingue, Unaï Emery comprend bien le Français mais il a pris des cours intensifs dès qu’il a su qu’il allait à Paris », indique Romain Molina. Les médias français peuvent s’attendre à « un mec agréable » mais qui saura faire passer ses messages : « Parfois, il s’énerve en conférence de presse mais il aime quand on lui pose des questions intéressantes et il apprécie aussi les entretiens individuels ».

Quant aux joueurs, qu’Unaï Emery n’a donc pas choisis, il leur faudra sans doute un temps d’adaptation : « Il a probablement validé le recrutement mais les contacts avec les joueurs remontent bien avant son arrivée à Paris. Ce n’est pas gênant car Emery a toujours bossé avec un directeur sportif. On verra ce que ça donne avec le PSG. J’ai hâte de voir ce que ça va donner avec Hatem Ben Arfa, qui me fait penser à Banega. Un super joueur dont la gestion n’est pas évidente. Mais Emery a réussi. Comme il a réussi à faire jouer Alaba arrière gauche, un poste qu’il refusait catégoriquement à la base. Comme Massa qui dit aujourd’hui qu’Emery a été son meilleur coach. Pour moi, c’est un vrai bon choix pour le PSG ».

À lire également « Galère Football Club, la face obscur du football business ».

À lire également « L’art de gérer une pépite comme Ousmane Dembelé ».

Donnez-nous votre avis en laissant un commentaire ci-dessous.